Dans tous nos états

C’est dimanche matin que nous avions rendez-vous avec notre compagnon de route : l’Oncle. Il habite Warwick, nous Montréal, nous nous sommes donc rejoint à mi-chemin, Cowansville, pour nous diriger vers la frontière américaine via Abbercorn.

L’Oncle : brève introduction. Il conduit une BMW, a un incalculable nombre de kilomètres à son actif (au point où nous pensons qu’il a déjà fait plusieurs fois le tour de son compteur personnel) et est très partant pour une nouvelle aventure.

Une première journée qui, Vermont aidant, porte notre marque habituelle : celle des trajets aux décors cinématographiques. Smuggler’s Nutch par la route 108, puis la route 100, Sugar Loaf et ses monts barbouillés des couleurs de l’automne. Nous jubilons.

Le soir venu, nous nous installons au Woodford state park dans ce qui s’appelle un leantos, sorte d’abri rudimentaire à trois murs et un toit incliné surplombant une plate-forme surélevée. Ça permet de dormir sur les tapis de sol sans avoir à monter la tente et pour ceux d’entre vous qui se demandent, non ça n’est pas plus froid.

IMG_1310

 

La Nénette en vers à chou
La Nénette en vers à chou

Au menu du souper : cuisse de canard confite et salade de patates décevante (c’est le nom de la recette, pour vrai). Repus, nous sommes mûrs pour le dodo, et c’est en pleine nuit que l’Oncle fait une crevaison : si son Metzeler a tenu bon, il n’en va pas de même de son matelas gonflable. Il faudra y remédier…

Un réveil dans un nuage, la brume enveloppe toute chose.

Nous repartons à l’errance par les petites routes qui nous transportent d’un état à l’autre, Vermont, Massachussets, New York, New Jersey, Pennsylvanie. Sur le trajet, un panneau finit par nous faire croire que nous avons tourné en rond : Warwick. Une photo s’impose.

L'Oncle un peu surpris d'être revenu sur ses pas...
L'Oncle un peu surpris d'être revenu sur ses pas...

Il devient de plus en plus difficile de s’arrêter moins de vingt minutes à chaque plein d’essence. Le voyage a ceci de particulier, plus on s’éloigne de la maison, plus on devient l’attraction des « locaux ». À la station service de Warwick, nous sommes littéralement pris d’assaut par un enthousiaste enthousiasmé de nous voir là et par un journaliste spécialisé en trajets routiers ! Oui mesdames et messieurs, surprenant mais ça existe, parlez-en à votre orienteur. D’un geste leste et inspiré, il trace ses recommandations de routes par une multitude de cercles sur les belles cartes toutes propres et toutes neuves de l’Homme précautionneux qui est maintenant déchiré entre une envie d’intervenir et une certaine gratitude envers l’inconnu surqualifié.

Nous nous enfuyons enfin, après une franche heure de socialisation imposée sans avoir même mis une goutte d’essence. Nous rattrapons le temps perdu par un choix d’une logique sans nom, une chambre d’hôtel en Pennsylvanie. Douche chaude, matelas non dégonflable, aucun campement à monter ni démonter au matin, ce sont des avantages à ne pas négliger. Demain, nous fonçons vers le sud.

4 commentaires sur “Dans tous nos états

Ajouter un commentaire

  1. j’imagine tellement Francis en train de regarder sa carte se faire barbouiller par un inconnu, comme le premier chum d’une fille à papa mdr

    Je vous aimes!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :